PROTOCOLE SANITAIRE POUR UNE REPRISE MAÎTRISÉE DE L’ENTRAÎNEMENT

Il est désormais possible, depuis le début de l’été, de s’adonner à nouveau et sans restriction à la boxe dans les clubs. Ce retour à une forme pleine et entière de la discipline, acté par le Gouvernement, ne signifie pas pour autant qu’il faille faire fi du principe de précaution à l’heure où la circulation du Covid-19 s’accroît de nouveau. C’est pourquoi la FF Boxe a formalisé un certain nombre de préconisations pour que la rentrée pugilistique se passe le mieux possible.

Bien sûr, ces recommandations sont susceptibles d’évoluer en fonction des décisions du Gouvernement.

1. LES MESURES INTERNES AU SEIN DU CLUB

– Chaque club doit désigner un référent Covid chargé, entre autres, de veiller au respect et à l’application des diverses dispositions en la matière.

– Il convient de limiter au maximum le nombre de personnes présentes dans les vestiaires, l’idéal étant que chacun arrive en tenue (quitte à attribuer un coin où les adhérents peuvent poser leur sac et leurs vêtements) et prenne ensuite sa douche chez lui.

– Il importe de se montrer pédagogue et, lors de la première séance, pour chaque type de public (boxe loisir, boxe éducative assaut, boxe amateur, boxe professionnelle, aéroboxe), de programmer un briefing initial pour présenter et expliquer la situation sanitaire, les mesures impérieuses qu’elle induit et les comportements auxquels elle oblige au sein du club.

– Il est impératif de renvoyer chez elle, systématiquement et sans attendre, toute personne qui, à l’entame d’un entraînement, présente des signes cliniques suspects : fièvre, mal à la tête ou rhume quand bien même ne tousse-t-elle pas.

2. LES COMPORTEMENTS INDIVIDUELS

– Le port du masque ne s’applique évidemment pas aux athlètes pendant l’entraînement, pareil accessoire empêchant de fournir un effort physique maximal. En revanche, comme dans tous les lieux clos, ils sont tenus d’arborer un masque dans l’enceinte avant et après chaque séance. Quant aux membres de l’encadrement, il leur est conseillé d’en mettre un, sauf lorsqu’ils donnent la leçon ou qu’ils effectuent des exercices avec leurs élèves.

– L’application de la distanciation physique en dehors des situations d’entraînement et des gestes barrières en toutes circonstances est incontournable.

– Les bouteilles de boisson sont strictement individuelles et ne peuvent donc pas être partagées.

– Il est préférable de limiter au maximum les déplacements intramuros, tant dans leur distance que dans leur fréquence.

3. L’ORGANISATION DES LIEUX

a) La salle

La prévention passe par l’organisation de la fréquentation de la salle, laquelle implique :

– d’instituer un sens de circulation afin de fluidifier cette dernière et d’éviter autant que possible les croisements, y compris dans les couloirs d’accès ;

– d’interdire de stationner devant les portes d’entrée et de sortie ou dans les couloirs, a fortiori en groupe ;

– de n’autoriser la présence que des boxeurs et des entraîneurs, ce qui signifie que les parents ne peuvent pas assister aux entraînements ;

– d’aérer au maximum et en permanence la salle ;

– de favoriser une distance minimale entre les uns et les autres par une occupation homogène de l’espace ;

– de faire respecter de manière absolue les règles d’hygiène, à savoir :

  • désinfecter régulièrement les poignées de porte, les toilettes et les douches ;
  • pour chaque boxeu(r)se, se laver les mains avant et après l’entraînement, avoir ses propres gants et les désinfecter au début et la fin de la séance, ce qui implique que le club mette à disposition de ses membres des lingettes, du gel hydroalcoolique, un lavabo et du savon etc. ;
  • désinfecter le matériel (sacs de frappe, poires, haltères, cordes à sauter…) tout les jours.

– de programmer au maximum des entraînements en plein air, notamment pour ce qui a trait à la préparation physique (footing, musculation, corde à sauter…).

b) Les vestiaires

Pour ce qui est des vestiaires, ils peuvent donc être ouverts. En revanche, le port systématique du masque y est de mise pour tous, de même que le maintien de la distanciation physique autant que cela soit possible. Ce qui commande, au regard de la configuration des lieux, d’exploiter au maximum tous les espaces adjacents. Par ailleurs, les vestiaires doivent être régulièrement nettoyés et désinfectésSeules les personnes (athlètes, encadrants) dont la présence se justifie sont autorisées à y pénétrer. Elles doivent y séjourer le moins longtemps possible.

Tout cet arsenal arrêté par la Commission nationale médicale de la FF Boxe vise à rassurer les adhérents et les parents des futurs licenciés à l’aube de cette nouvelle saison afin de leur garantir d’évoluer dans un environnement le plus propice possible à leur bonne santé.

Ouverture du club mardi 1er septembre et reprise des cours lundi 7 septembre. Conditions saison 2020/2021

Aucune inscription ne sera prise en compte si le dossier n’est pas complet :

Certificat Médical d’aptitude à la pratique des sports de combat (même pour un essai) –

Deux photos – la cotisation

Tenue exigée : Tee-shirt du club, matériel de boxe personnel; Gants 12oz minimum (10oz pour les enfants), protège-dent, coquille, protège-poitrine, protège-tibia (pour les activités pieds-poings), pantalon de full-contact ou short (boxe et muay-thaï), serviette.

Pour les nouveaux adhérents, l’essai – avec certificat médical – coûte 10 € (déductible de la cotisation si inscription)

VIENNE 

Inscription et entraînement pour les anciens adhérents à partir du mardi 1er septembre. Les cours dirigés débutent le lundi 7 septembre 2020.

Cotisation :   Adulte 270€, Enfants 180€, La licence auprès d’une fédération est à la charge des adhérents.

Boxe Anglaise : Lundi et Mercredi de 18h à 19h30.

Muay Thaï : Lundi et Mercredi de 19h30 à 21h.

K1/MMA/Grappling : Mardi   et Jeudi 18h à 20h30

Sparring/test match/assauts  toutes disciplines : Vendredi de 18h30 à 20h.

Ecole de boxe (8-14 ans) : Mercredi et Samedi de 14h30 à 15h30.

Gym-Renforcement musculaire-streching-abdo/fessiers-taïchi : Lundi, Mardi et jeudi 10h à 11h et 12h15 à 13h.

PEAGE DE ROUSSILLON

Gymnase Bayard, derrière la Mairie, à coté de l’école Bayard.

Inscription et entraînement pour les anciens adhérents à partir du mardi 1er septembre. Les cours dirigés débutent le mardi 8 septembre 2020.

Cotisation :  Adulte 210€, Enfants 170€, La licence auprès d’une fédération est à la charge des adhérents.

Boxe anglaise et Kick Boxing/Muay Thaï: Mardi et jeudi de 19h à 20h30.

Ecole de Boxe (8-14 ans) : Mardi et Jeudi de 18h à 19h

Enfin une bonne nouvelle…

Une reprise de l’activité des sports de combats que la ministre déléguée en charge des sports Roxana Maracineanu a confirmé via son compte officiel Twitter. Un message qui s’accompagne toutefois d’une mise en garde alors que la circulation du coronavirus en France Métropolitaine est encore active, avec un nombre de victimes qui a dépassé ce vendredi le cap des 30 000 recensés depuis le début de la pandémie. « Dès aujourd’hui, dans les territoires sortis de l’état d’urgence, la pratique de toutes les disciplines sportives, sports de combat compris, est désormais autorisée, déclare la ministre sur le réseau social. Une bonne nouvelle qui ne doit pas nous empêcher de rester prudents et responsables. » Une décision qui va ainsi permettre à des sportifs tels Tony Yoka ou encore Teddy Riner de reprendre un programme d’entraînement complet dans l’Hexagone dans les meilleurs délais.

Sports de combat : il faut attendre encore.

Par ALEXANDRE TERRINIPublié le 20.06.2020 sur le site de la FFboxe.

Le Gouvernement a opté pour un timing quelque peu surprenant en publiant très tard dans la soirée du vendredi 19 juin de nouvelles mesures relatives au déconfinement dans le sport. Hélas, la boxe n’en bénéficie quasiment pas.

Le verdict est donc tombé au cœur de la nuit : si les sports collectifs sont désormais autorisés « avec des mesures de prévention adaptées », ce n’est pas le cas des sports de combat. Et ce, au nom du sacrosaint principe de précaution. « L’amélioration de la situation sanitaire permet en effet de lever certaines interdictions à condition que chacun maintienne une posture vigilante face à l’épidémie, a fortiori en période estivale », explique, en filigrane, le Gouvernement

« La situation sera revue avant la rentrée »

A ce jour, pour la quasi-totalité des licenciés de la FF Boxe, c’est donc toujours le Guide des sports à reprise différée, publié le 25 mai, qui s’applique. Ce dernier prévoit, pour chaque discipline, des modalités restrictives. Concernant la boxe, il exclut tout contact et est axé sur trois thématiques complémentaires (le renforcement musculaire, l’amélioration des capacités cardio-ventilatoires et la technique). Le tout, chez soi ou en extérieur. « Pour l’heure, la pratique de ces disciplines de corps à corps n’est pas possible sous leur forme codifiée et doit continuer de prendre la forme d’une pratique alternative », explique le ministère des Sports.

Quand une version pleine et entière est-elle envisageable ? Dans quelques semaines si la France n’est pas touchée par une seconde vague pandémique. Le Gouvernement a en effet confirmé que « la situation (des sports de contact, N.D.L.R.) sera revue avant la rentrée de septembre ». En clair, « sous réserve d’une nouvelle évaluation de la situation épidémiologique, la rentrée pourra être marquée par de nouveaux assouplissements ».

« Entraînement classique avec contact » pour les athlètes de haut niveau

En revanche, à partir du 22 juin, les athlètes de haut niveau et professionnels qui officient dans ces disciplines « pourront reprendre un entraînement classique avec contact », assure le ministère des Sports. Une disposition qui vaut, bien sûr, pour les boxeurs et les boxeuses pros ou membres des collectifs nationaux. « Après une période de trois semaines durant laquelle ces disciplines ont eu la possibilité de recourir à un dépistage régulier afin d’identifier les sportifs qui auraient été touchés par le virus et d’isoler les athlètes éventuellement contagieux, une nouvelle ère s’ouvre donc pour ces sports à haut niveau qui vont pouvoir se réentraîner dans des conditions normales, toujours sous haute surveillance médicale », précise le ministère.

A noter que lorsque l’organisation de galas pugilistiques sera permise, ils pourront avoir lieu devant du public car la réouverture de toutes les enceintes, en plein air comme fermées, sera effective à compter du 11 juillet, soit à la fin programmée de l’état d’urgence sanitaire. Avec, cependant, une affluence maximale de 5 000 personnes. Une capacité qui sera ensuite susceptible d’être revue à la hausse puisqu’en fonction des données qui prévaudront, les pouvoirs publics décideront ou pas d’un « assouplissement possible pour la deuxième partie du mois d’août ».

info Adhérents : réactualisées le 20 juin 2020.

A Vienne, les cours de Gym ont repris le matin, ainsi que l’accès à la salle de musculation à partir de 16 heures en appliquant bien sur les précautions nécessaires. Distanciation, nombre limité à dix personnes, désinfection du matériel avant et après chaque utilisation, deux personnes maxi par vestiaire, pas de douche, serviette obligatoire.

Pour l’instant les sections adultes et enfants de boxe anglaise, muay-thaï, kick-boxing et grappling, devront attendre la rentrée de septembre aussi bien à Vienne qu’au Péage de Roussillon.